Envie de partager

Être là, être ailleurs

Ce n’est pas la même chose que de traverser différents paysages, lieux-dits, hameaux, villages, ville, agglomération en suivant un chemin qui est le sien.

Que d’aller içi, là, encore à droite, un peu plus à gauche pour avoir l’impression d’avancer en se disant je dois y être.

Quand je suis mon chemin je découvre, interfère modifie ce qui est sur cette route qui devient un peu plus à chaque pas ce chemin qui est le mien.

Quand je pense qu’il faut aller par içi ou par là, je ne peux que suivre un chemin qui existe déjà.

Dans un cas l’être-corps m’invite vers l’inconnu, dans l’autre cas c’est le mental qui me conduit vers ce qu’il connait.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *